L’été au bureau, les salariés glandent énormément…

Il fait beau, il fait chaud et les couloirs sont résolument déserts. Près de la moitié des employés avouent qu’ils ne feront pas grand-chose de leur mois d’août au bureau. Une étude réalisée par Birdoffice pointe ces nombreuses petites libertés que s’accordent les salariés entre juillet et août.
L’été au bureau, les salariés glandent énormément…

Des pauses à rallonge et des journées de travail écourtées. Près de 70% des salariés interrogés parBirdoffice, une start-up spécialisée dans les réunions, estiment ainsi rallonger la pause déjeuner et 46% quittent le bureau plus tôt plusieurs jours par semaine. Est-ce à dire que chacun aménage son temps de travail comme il l’entend. Peut-être pas mais… 35% profitent de l’été pour rattraper leur retard sur d’éventuels projets, la même proportion range son bureau et fait le tri dans ses papiers ou son ordinateur. Et 42% en profitent pour voir davantage leurs collègues, hors du bureau.

Le patron plus cool l’été ?

Pas stressés les salariés apprécient la baisse de pression en été (32%), particulièrement dans les PME (46%). Même le big boss semble plus relax : 39% d’entre vous le jugent plus cool. Quant à la tenue vestimentaire, 75% des employés s’habillent plus décontractés et 28% de ceux évoluant dans des petites structures viennent volontiers en shorts et en tongs.

Une ambiance tranquille donc confirmé par les 45% de répondants qui avouent ne pas faire grand-chose de leurs journées l’été. D’ailleurs une personne sur deux a déjà regardé une série au lieu de travailler. La grande majorité perd son temps à aller scruter les photos de leurs amis sur les réseaux sociaux. Une pratique d’autant plus étrange et masochiste que les salariés déclarent détester plus que tout savoir que tout le monde est en vacances sauf eux…

Des réunions pour quoi faire ?

Et les réunions l’été ? Sans surprise, elles sont moins productives que le reste de l’année jugent les salariés (80%). D’une part par le nombre des absents (49%), le manque général de concentration (40%) et la chaleur de la salle la rendant impossible (31%).13

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.