Changer de regard grâce à la méthode Coué

05/06/2014

Fin mai, l’association Cercle Assist’Pro de Paris a organisé une conférence autour de la méthode Coué animée par Luc Teyssier d’Orfeuil. Cathy Augis, assistante et membre du Cercle revient sur trois moments clés de cette soirée.

 

Une conférence-atelier participative

« Loin de se résumer au postulat : “Je vais bien, tout va bien“, la méthode Coué créée par le psychologue et pharmacien français Émile Coué de la Châtaigneraie (1857 – 1926) peut vous aider à surmonter des moments difficiles », explique Cathy. Lors de sa conférence-atelier, Luc Teyssier d’Orfeuil nous a invitées à réaliser trois exercices pour prendre conscience de l’importance de l’autosuggestion sur notre bien-être.

Prends soin de toi

« Invitées à marcher quelques minutes en cercle, nous devions nous pencher de façon exagérée. À l’issue de l’exercice, force est de constater que nous ressentions toutes quelques points de tensions, douleurs pour certaines. Or, ces désagréments passent inaperçus quand on se redresse et que l’on marche avec assurance » précise Cathy. « Ensuite, nous avons pris conscience de l’importance de notre gestuelle en situation d’accueil, lors des échanges en vis-à-vis. Ce que nos gestes peuvent exprimer ».

Soit gentil(le) avec toi

Plus personnel, le second exercice a invité les participantes à chercher les phrases négatives qu’elles s’adressent souvent à elles-mêmes. En lieu et place, elles ont été invitées à les chasser de leur vocabulaire. Cathy revient sur l’importance de cette découverte pour elle : « je lis beaucoup d’ouvrages sur le développement personnel et je connaissais déjà cette technique. Face à une difficulté, je cherche toujours des pensées positives pour surmonter l’épreuve. Je l’ai fait de nombreuses fois : au lieu de me poser en victime, je me pose en force ».

Si, comme Cathy vous souhaitez adopter la technique de la pensée positive :

  • remplacez les phrases négatives (« je suis nulle, je rate tout ») par des phrases positives (« je suis excellente dans de nombreux domaines, sauf celui-là peut-être. Encore que, je peux certainement m’améliorer ») ;
  • exprimez-vous au présent (jamais au passé ni au futur).

Que la paix soit en toi…

Plus étrange, cette expérience a invité les participantes à fermer les yeux et à s’imaginer en présence… d’un citron ! « Chacune devait le voir, le toucher, le couper, le sentir. À l’issue de cette visualisation, nous avons été invitées à exprimer nos approches. Si certaines n’ont vu qu’un citron, d’autres ont ressenti de véritables émotions, de véritables sensations et les mots exprimés pour traduire l’expérience ainsi vécue n’étaient pas anodins », se souvient Cathy. Car, poursuit-elle « face à une même situation, chacun ressent les choses de manière différente, selon son propre vécu ».

Après cette mise en condition, les participantes ont été invitées à s’imaginer dans un lieu agréable de leur choix, à entendre les bruits environnants, à les voir… Cathy s’est imaginé au bord de l’océan. Elle a  entendu le fracas des vagues qui s’échouaient sur les rochers. Elle a senti le vent dans ses cheveux. « Loin d’être une agression, le bruit régulier des vagues a procuré en moi un réel instant de paix ». Lors du débriefing, chacune s’est aperçue que l’on peut s’évader par la pensée et choisir, à tout moment, de s’accorder un peu de sérénité, de tranquillité.

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.